Monsieur et madame sont maintenant installés à la table du restaurant avec les autres couples du voyage organisé "Aventures et découvertes" de Thomas Cook.

À l'apéritif, madame déplore la saleté de l'hôtel-étape du jour. Très moyen selon elle. Elle a trouvé une arraignée dans le lavabo de sa chambre, et c'est inacceptable, même pour un hôtel situé au milieu de la jungle. "Pour le prix qu'on paye !" Elle ne manquera pas d'adresser une plainte à son agent de voyage dès son retour.
Monsieur, lui, n'ose pas le dire, mais il est aux anges : Il a trouvé sur le poste de télévision satellite de sa chambre toutes ses chaînes favorites, il va pouvoir regarder les résumés des matchs cette nuit (sans le son biensur, madame a le sommeil très léger !). Et puis, comble du bonheur, au bar ils servent de la Heineken ; la bière nationale est imbuvable !

Ils expliquent à leurs amis pourquoi ils n'ont pas monté, cet après-midi, les 50 marches qui menaient au mirador pour y admirer le soleil couchant sur la jungle : "ça n'aurait servi à rien, la batterie de l'appreil photo était plate !" ...N'osant s'éloigner seuls avec leurs grosses montres et leurs sacs bananes pleins de dollars, ils ont préféré attendre le reste du petit groupe dans le minibus climatisé, qu'ils ont pris soin de vérouiller de l'intérieur.

Ils vivent leur voyage à travers l'objectif de leur appareil photo, s'imaginant déjà entourrés de leurs amis lors de la soirée dias, commentant d'un air nostalgique les clichés sélectionnés.

En dégustant leur plat ( trop cuit selon madame), ils parlent au groupe de leur dernier voyage. La Thailande. "Que les gens y sont geeeeeeeeentils !" Ils ne précisent pas que, comme cette année, ils n'ont parlé qu'avec leurs guides et le personnel des hôtels ou ils sont restés. Ici, décrètent-ils, les gens ne sont "pas charmants" et "en veulent surtout à notre argent". Heureusement, ils ont quand-même pu faire quelques jolies photos. Ils ont acheté quelques des sourires d'enfants à 1 $, qu'ils ont capturés dans la mémoire de leur dernier Canon, puis ont aussitôt détourné les yeux, en quête d'autres sujets à photographier. Leur soirée dias est sauvée, et c'est le principal.

Peu après le dessert, madame se retire. Il est vrai qu'ils ont une journé chargée demain : Le minibus part à 7h précises, on va visiter ces ruines, puis cette petite ville. À midi on s'arrête 20 minutes pour avaler un sandwich, puis on embraye sur le musée avant un après-midi chargé : Le vieux port, l'atelier d'artisanat et, enfin, la réserve des tortues de mer.

Avant de se coucher, elle pense à mettre son appareil photo à charger.

---

Et moi alors dans tout ça ?

Je suis maintenant à peu près à mi-chemin de mon périple, au nord du Nicaragua, dans la chaleur sèche de la ville de Léon. 40 degrés le jour, 30 la nuit. Et j'ai attrapé la crève dans un bus climatisé ! Pas de problè, je me soigne au jus de mangue citronné et au guacamole pimenté...

Si on veut résumer un peu mes - presque - 3 premiers mois de voyage, j'ai vu une mini partie du Mexique, j'ai traversé le Belize, j'ai passé 6 semaines au Guatemala (surtout dans l'ouest), et un peu plus de 3 semaines, au hasard de mes rencontres et de couchsurfings aléatoires (oui, ici tu ne te retrouves pas forcément ou tu pensais...), au Salvador.

J'avais prévu de ne passer que quelques jours au Salvador. Entre plages et volcans, entre couchsurfings et hôtels, entre autostop et autobus, je n'y ai pas vu le temps passer. Le Salvador est un tout petit pays (juste plus petit que la Belgique) mais on pourrait y passer des mois ! Et puis j'ai même eu le bonheur d'y fêter mes 30 ans... Mémorable fête (et pleine de surprises que, après longue hésitation, je ne dévoilerai pas ici !) avec mes nouveaux amis dans la capitale, San Salvador...

Après quelques dernières errances dans le sud du pays (et 2 ou 3 jours de repos après un 1er avril éprouvant !), je me suis lancé à l'assaut des routes du Honduras et, enfin, du Nicaragua ou je sillonerai les chemins jusqu'à devenir clandestin, le 4 mai prochain (ou un tout petit peu avant...). Après, ben que du bonheur : Direction les îles San Blas, au Panama : Voilier, pêche et coupe du monde !

À part ça ça va, sauf que mes cheveux deviennent roux à cause du soleil !