Il y a le geek. Monsieur Iphone 5. Il poste sans cesse des photos sur tous les réseaux sociaux possible ; on se demande quand il les prend, vu qu´il ne quitte pas son hamac de la journée ! ...Il y a la bande de cools, ceux qui sont bronzés (sans marques de bronzage) et qui décrivent en exagérant le requin qu'ils ont vu lors de leur plongée du jour. Tu peux être sûr que c'était pas un requin mais un grand thon et qu´ils ne faisaient pas de la plongée, mais du snorkeling...

Il y a le voyageur "Lonely Planet". Je dis Lonely Planet, mais je pourrais dire Berlitz ou Routard,... Parce qu'il les a tous ! Un sac pour ses fringues, un sac pour ses guides. Il ne se déplace que dans les Highlights qui ont 3 étoiles ou plus, et il écrit régulièrement aux éditeurs pour leur signaler la moindre erreur... Il y a aussi le mec un peu blazé, sur de lui : Il a tout fait, tout vu... Il regarde tout le monde de haut. Lui il ne lit pas les guides de voyages, il les écrit ! Il est expert en : Civilisation Maya, Géoplitique de l'Amérique Centrale, volcanologie sismique, architecture classique espagnole néo-colonialiste,... Il parle couramment tous les dialectes de la région, a des amis dans tous les Caraïbes, a déjà tué un requin avec ses dents...

Et puis il y a la jolie fille, toujours fraiche, toujours propre ! Même apres un trek de 2 jours dans la jungle, ses chaussettes sentent la rose. Personne n'ose lui parler, on n'en sait pas plus sur elle...

Il y a aussi les retraités chics, l'air toujours un peu choqué ; on a l'impression qu'ils se sont trompés d'hôtel. Puis le beau petit couple parfait : super beaux, super amoureux, super equipés : Sac-à-dos en Gortex x-treme ultraléger, matelas autogonflant, chaussures automarchantes, etc,... Eux ils sont pas dans le dortoir, ils ont pris la cabane sur pilotis, avec salle de bain privée et eau chaude, et ils mangents des langoustes tous les soirs au restaurant ! ...Il y a le mec qui voyage depuis un peu trop longtemps, il est fauché. Il n'est pas non-plus dans le dortoir, lui il dort dans un hamac a côté, ou sur la plage. Il bouffe pas au resto, il s'achète du pain de mie et des boîtes de thon qu'il engloutit sans même mâcher. Il est franchement temps que son voyage se termine et qu'il retourne toucher le chômage en Europe !

Il y a aussi le rodeur qui attend la nuit pour s'introduire dans une chambre sans payer ; le touriste local, qui est là depuis un mois avec toute sa famille dans une chambre double ; Le puant, celui qui porte des bottes en cuir toute la journée et que les gérants ont du prier de prendre une douche pour le bien de la communauté ; le beau gosse ; le perdu, qui parle ni espagnol ni anglais ;...

...Et puis il y a le mec bizarre, le belge, assis dans un coin du bar et qui commande bière sur bière en écrivant de travers dans son petit carnet :-)... Et bien d'autres encore,...

Loin de tous ces braves gens, je suis aujourd'hui à Santa Cruz de la Laguna, sur le lac Atìtlan. La lancha a rebondi sur les vagues jusqu'au petit embarcadère du village, et je me trouve chez Rafael, un vieux monsieur qui me loue une chambre dans la maison familiale au sommet du village. Les enfants, la morve au nez, envahissent la chambre sans prévenir, les mouches sont reines dans la petite cuisine et la chasse des toilettes ne fonctionne pas... Mais que les sourires dorés des femmes préparant les tortillas (encore elles) sont charmants, et que leur manière simple de recevoir vaut tout le confort des resorts chics de Panajachel !